VOTRE HOROSCOPE DU JOUR

BONNE FETE

SOYEZ LE BIENVENU

09/12/2008

TROP DUR CA FAIT TROP MAL

hsog22od

Cette nuit j’ai mis un post sur l’ivresse de l’âme, post qui parlait de sentiments, beaux sentiments. Mais la dans l’immédiat, j’ai des sentiments qui me submergent dont je ne suis pas maitre, que je ne peux et que je ne veux pas contrôler. J’ai un gros coup de cafard, car une conversation m’a ramené des années en arrière, au temps ou ma fille allait à l’école. Isabelle n’était pas une enfant facile, ayant un qi plus élevé que la moyenne des personnes, je voulais absolument qu’elle fasse ses des hautes études. Mais elle en avait décidé autrement, elle voulait être mécanicienne. Que de prise de tête, une enfant et une mère bornées, cela a eu comme conclusion deux années d’études gâcher car Isabelle n’a rien fait pendant deux ans et quand enfin il ne me restait plus que la solution de la mettre en professionnelle, elle devint première de classe car elle faisait enfin ce qu’elle voulait : la mécanique. Comme quoi même si l’on rêve le meilleur pour ses enfants, il faut les laisser vivre leur vie comme ils l’entendent, ils ne peuvent réaliser nos rêves à notre place. Mais la vie en a décidé autrement et elle n’a pas pu étudier longtemps sa sacro mécanique, une petite artère à tout changé. Elle allait avoir 16 ans, il y a de cela 15ans. Et depuis je suis obliger de vivre avec ce manque, ce manque d’elle. Oui comme je l’ai dis ce n’était pas une enfant facile, souvent les enfants dotés d’un qi plus élevée sont des enfants à problèmes, mais malgré nos petits heurts, il existait entre nous une véritable complicité. J’ai en mémoire un tas d’anecdotes. Je suis quelqu’un qui n’a pas en vieillissant une très bonne mémoire, mais en ce qui concerne Isabelle, je n’oublie rien. En cette période de Noel, j’ai le cœur vraiment lourd, car tant d’images se profilent devant moi. Les fêtes de fin d’années ont toujours été très importante, c’était vraiment une fête, un moment important. Je suis très axé sur la déco à Noel et garnir le sapin était un vrai plaisir et en même temps un dilemme abominable. Isabelle voulait de la neige sur le sapin, moi  je n’en voulais pas. Chaque année, la même discussion de la neige, non, de la neige oui … (et derrière mon dos, oups un petit coup de neige sur le sapin) .et puis les boules : je veux celle là, non moi j’aime mieux celle la. En fait on avait deux sapins, un à l’étage fabriqué entièrement par les enfants et un autre dans le living plus somptueux. La dernière année, ils avaient pu choisir une boule, leur boule. Celle d’Isabelle ressemble à un Pierrot, je ne la mets pas sur le sapin, elle trône sur ma cheminée, et interdiction d’y toucher. Je me souviens du dernier nouvel an, nous avions fait une énorme fête, je mets toujours les petits plats dans les grands et la tenue vestimentaire, très habillée, était toujours de rigueur. J’avais commence la confection d’une longue jupe de fête pour Isabelle, mais je n’arrivais pas à la finir, car trop occupé par mes préparatif, je n’avais pas vu filer le temps. Devant la tristesse d’Isabelle, je me souviens que j’ai fait attendre tout le monde et que j’ai mis cette jupe ensemble n’importe comment, mais afin qu’elle puisse la porter. Ce n’était vraiment pas sa soirée. Je n’apprécie guère les huitres, Isabelle, adorait les huitres. J’avais donc acheté les fameuses huitres pour Isabelle et son papa, étant pas très froide, nous avons voulu les  mettre un peu dehors, mais mal nous en pris, car nous les avons complètement oubliés et la pauvre petite n’as pas eu ses huitres, car nous les avons récupérées le lendemain complètement gelées.

Que de souvenirs, que de moments perdus à vouloir absolument donner une éducation parfaite et de ce fait l’avoir punie trop souvent pour tel ou tel bêtise. Je suis persuadé que ma vie n’aurait pas pris le même chemin si…. Elle me manque tellement, je la cherche dans n’importe quoi et je suis prête à croire en n’importe quoi si seulement …. La semaine passée quand nous avons connus les grosses rafales de neige, en partant travailler, j’ai entendu la chanson de bodyguard, tout simplement j’ai dis oui Isabelle, je ferais attention. Vous me prenez pour une folle, peut être, bodyguard, est le dernier film qu’Isabelle avait été  voir au cinéma et j’ai vraiment eu l’impression ce jour là qu’elle voulait me faire passer un message ; Oui peut être suis-je folle, mais quand on a perdu un enfant on s’accroche à tout et à n’importe quoi. Quand elle est partie ,  j’ai côtoyer le monde des médium, je les consultait l’un après l’autre. Nombre d’entre eux étaient des charlatans, mais on a tellement envie d’y croire. Il n’y a que mon ex mari et ma meilleure amie qui connaissent la Marie, blessé à tous jamais, celle a qui il arrive de hurler le nom de sa fille, de pleurer même des années après, celles qui sait que le mot bonheur ne fera plus jamais partie de sa vie, car il lui manquera toujours …Un ami m’as dis dernièrement, tu ne parle pas souvent de ton fils. J’aime mon fils, c’est la seul chose(avec Isabelle)  de bien que j’ai fait dans ma vie. Je donnerais ma vie pour lui. Je ne suis pas une maman très maternelle, j’ai toujours été très exigeante avec mes enfants. Mais attention qu’on n’y touche pas, car sinon, je sors les griffes. Ma vie s’est arrêtée quand j’ai perdu Isabelle, et j’ai reporté tout mon amour sur Geo. Mais je vis depuis avec une épée de Damoclès au dessus de moi. Je vis avec la frousse, oui une frousse bleue de le perdre, je ne supporterais pas une deuxième fois de vivre ce calvaire.

J’ai tellement peur et je n’arrive pas de me débarrasser de cette peur.

Alors quand j’entends à la radio, qu’on trouve des excuses, à une bonne femme (Genevièe l’hermitte) qui à tués ses cinq enfants, je ne comprends pas. On devrait tout simplement l’exécuter sans procès ni rien, a-t-elle laisse la moindre chance à ses enfants ?

Au contraire, ils ont souffert et n’on pas du comprendre que leur maman leur fasse du mal.

Un enfant n’a pas demandé de venir au monde, c’est un petit être qui mérite notre respect, notre douceur, notre tendresse. Les enfants ne sont qu’amour, c’est en devenant adultes que certains deviennent des monstres.

Je sais que je suis très égoïste en mettant cet article car certaines personnes qui ont vécu la même chose, risque de lire ces paroles, et je m’en excuse, mais j’avais besoin aujourd’hui de le dire haut et fort, la vie est trop dur sans ma fille, pourtant je sais que je dois continuer, mais ça fait horriblement mal et ce mal ne me quitteras plus jamais.

 

 

17:04 Écrit par cheera dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Courage.... on oublie rien je le sais mais il faut apprendre à vivre avec les souvenirs tout en regardant devant soi, elle préfererait certainement te voir heureuse.
Bisous

Écrit par : instant fugitif | 10/12/2008

mes pensées rejoignent celles d'instant fugitif
bisous ma belle

Écrit par : Pascal | 10/12/2008

Les commentaires sont fermés.