VOTRE HOROSCOPE DU JOUR

BONNE FETE

SOYEZ LE BIENVENU

09/05/2009

TROP MAL

On ne devrait pas écrire quand on est fatigué, en ce qui me concerne quand je suis fatiguée et seule j’ai tendance à être assez morose, Et voilà je suis fatiguée, très fatigué pourtant je n’arrive pas a aller au lit, je sais que je ne dormirais pas. Mes pensées se bousculent, je pense à tout et à n’importe quoi. Et puis a vrai dire, à la fin du mois, le 27 pour être exacte, Isabelle aurait du avoir 32 ans. Age qu’elle n’aura jamais, est ce que je m’en remettrais un jour, je ne crois pas. Jamais je n’arriverais à combler ce manque, ce vide qu’elle à laisser. Et elle me manque tellement, si je pouvais reculer les aiguilles de quelques années, si j’avais su ce jour là ce qui allait se passer, je serais restée à côté d’elle, j’aurais fait n’importe quoi pour ne pas vivre ce que je vis au jour le jour. Ce soir j’ai encore une fois envie de crier, crier de toute mes forces, comme si ça  allait la faire revenir. Je ne sais vraiment pas comment  on fait pour oublier, pour faire partir ce mal qui me ronge constamment. Je sais que je vais faire du mal à certaines personnes qui me lisent et qui ont vécu pareil drame, mais là  pour le moment je suis égoiste et je m’en fou. Je pourrais ne pas poster mes écrits mais si je vais les poster, j’en ai besoin, j’ai besoin de partager ce mal, ce manque. Pourtant je vais mieux, je ne suis plus la déprimé de ces derniers mois. Je vais même bien et il se pourrait qu’il y ait du neuf dans ma vie bientôt. Je suis enfin prête à m’ouvrir à nouveaux à des sentiments que je croyais banni à vie, mais on est humain et le cœur à ses raison, que la raison n’a pas. Peut être dans un prochain article vais-je exploser de joie et vous donner le courage qui me manque ce soir. Je l’ai déjà dis il y aura toujours des moments moins bien que d’autres quand on se reconstruit, mais mon mal lui pour Isabelle est ancrée en moi jusqu'à ma mort. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi elle n’est plus là. A 32 ans je suis certaine qu’elle aurait été maman et je suis certaine que ma vie n’aurait pas pris la même direction. Je suppose que mon gros coup de cafard vient aussi du fait que dimanche nous allons fêter nos mamans, et que depuis sa disparition la fête des mères à perdu son éclats pour moi, au contraire j’ai peur de voir arriver cette fête. Mon ex mari et moi avons un petit rituel que vous trouverez peut être ridicule voir tortueux, mais il  me fait un petit sms bonne fête maman et je lui rends la pareille le jour de la fête des pères. Vous trouver ca idiot, ben moi pas, car on le fait en pensant à elle si fort que c’est comme si c’était elle qui le fait, bizarrement cela fait mal et du bien en même temps. Cela fait du bien car pendant un moment on a l’impression qu’elle est toujours là, du mal car on sait que ce n’est pas vrai. Vous aller riposter et ton fils alors ? J’adore mon fils, c’est la prunelle de mes yeux, d’ailleurs si je vis c’est pour lui. Je l’aime plus que tout au monde, il va bientôt me donner un petit bout chou et j’en suis déjà gaga. Mais je sais qu’avec Isabelle, j’aurais vécu cette grossesse autrement. Une fille à toujours besoin de sa maman et est souvent plus proche de sa maman à ces moments là. Ma fille et la fille de ma meilleure amie avaient seulement une semaine de différence, alors je la vois évoluer avec ces enfants et je vois mon amie en tant que grand-mère, je vois la complicité qu’elles ont, même si tous n’est pas toujours rose. Et puis de n’importe quel façon, et pour n’importe quelle raison, quelle soit bonne ou mauvaise, ma fille me manque beaucoup de trop, alors oui il y a des soirs ou il faut que ça sorte, il y a des soirs ou je me laisse aller à pleurer sur moi-même., car Isabelle n’est plus là. J’ai pourtant évolué, je ne cherche plus dans le regard des autres jeunes femmes à la retrouvé. Je sais qu’elle était unique et qu’elle était à moi-même si parfois elle me donna bien du soucis. Qu’on me dise pas pense à ta petite fille, car cela n’a rien à voir, je peu me réjouir de cette future naissance, mais ça ne fera pas diminuer ma peine. Demain ça ira mieux,  demain est un autre jour et cette blessure qui est au fond de moi à jamais ira se cacher encore une fois pour quelques temps mais je sais que se ne sera que partie remise car je ne peux et je ne veux faire ce deuil, je n’y arrive pas et je ne veux pas y arriver, car j’aurais l’impression de la trahir, de l’oublier et Isabelle est avec son frère les deux plus belles choses ( si je peux m’exprimer comme ça) que j’ai pu faire dans ma vie. Je suis très fière de mes enfants, même s’ils ne sont pas parfaits (mais qui l’est ?) Et même si je ne suis pas une maman très maternelle, l’amour que je leur porte est inébranlable quoi qu’il arrive. Alors je vais en rester là  et aller pleurer dans mon coin, demain ça ira mieux et je vous mettrais un poste plein de soleil car si demain est un autre jour, le soleil lui, se lèveras aussi demain pour donner du courage à ceux qui en ont besoin.

Groupe5

01:42 Écrit par cheera dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Que tu es triste et malheureuse ma Marie, et moi comme une égoiste, je n'ai pas prie le temps de te foner, excuses moi encore, pardonnes moi
bisous doux pour toi et beaucoup de tendresse
Marie

Écrit par : Marie | 17/05/2009

trop triste les larmes me montent quesqu elle me manque aussi

Écrit par : harmonie | 17/05/2009

Les commentaires sont fermés.